Le Mémorial du 25e RI
 
Lettre d'info
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
110 Abonnés
 ↑
Monuments de la ville
 ↑
Commémorations
 ↑
Communications
 ↑
Albums

La Nécropole sous la neige de Dominique Jacquemart

 ↑
Voyages du Souvenir
Les Hymnes
 ↑
Nous contacter
Calendrier
 ↑
Visites

 342642 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

 ↑
Traduire le site
 ↑
Evennement - Roselies – « Le Jardin du Souvenir » à Braunschweig a été inauguré

Roselies – « Le Jardin du Souvenir » à Braunschweig a été inauguré.

 

Des arbres fruitiers et des pierres belges, une plaque commémorative - la commémoration des événements de la Première Guerre mondiale a sa place dans le quartier résidentiel "Roselies".

  • Henning Noske

Image_BRA_001.jpg

Dans le quartier résidentiel « Roselies » à l'Eulerstraße, le « Jardin du Souvenir » est inauguré. - Photo : Henning Noske.

 

Les arbres fruitiers belges dans le treillis, la pierre belge incrustée dans le gazon, une plaque commémorative, une fête des enfants dans l'après-midi, 100 ans après les événements de la Première Guerre mondiale. Un grand nombre de conflits et d’embarras ont finalement été réglés avec reconnaissance ce samedi 1er septembre 2018 dans la cité d'habitations « Roselies » dans le quartier Lindenberg à Braunschweig. 

 

Une belle délégation Belge sous la direction de Daniel Tilmant, président du Comité Royal du Souvenir de Le Roux, a assisté à l'ouverture, coupant symboliquement un ruban rouge. « J'espère que ce jardin profitera aux habitants de Braunschweig, en signe de paix, et qu'il sera également le signe d'une amitié renouvelée », a déclaré M. Tilmant représentant du bourgmestre Jean Fersini d’Aiseau-Presles.

Image_BRA_002.jpg

Couper du ruban rouge pour l’ouverture du « Jardin du Souvenir ». De gauche à droite : Annegret Ihbe et Ulrich Markurth aux côtés de Daniel Tilmant, Mario Pazzi, Anne Delecosse, Marie-Pierre Godenne et Didier Stampart, membres de la délégation belge. - Photo : Henning Noske.

 

« Commémorer, c’est rappeler et rappeler, c’est Unir » devait conseiller en introduction dans son discours M. Tilmant au nom du Comité Royal du Souvenir. Et de poursuivre « l’intelligence du cœur relie les êtres, les émotions et les sentiments, elle crée une communauté de pensées et relie les cultures, les habitudes, les façons de réagir ou de réfléchir. L’intelligence des peuples est essentielle à la construction de la paix.».

 

Le maire de Braunschweig, Ulrich Markurth, a déclaré que le chemin de la blessure profonde au rapprochement était douloureux. Maintenant, ils ont éliminé le fossé entre eux et ont rempli un partenariat de mémoire avec la vie. Le « Jardin du Souvenir », dans lequel cela se manifeste maintenant à Braunschweig, est d'une forme discrète, mais très persistant dans sa conception et son contenu intérieur.

 

La réalisation de cet espace a été, en particulier, le mérite du département de la culture de Braunschweig, le Dr Anja Hesse Ig, qui a élaboré et appliqué le concept d'un jardin dans une prairie sur la base de pierres symboliques. Même sans la chaleur humaine et la persévérance de la vice-maire Annegret Ihbe, capable de faire progresser le partenariat de la mémoire et de gagner la sympathie en Belgique, on ne serait pas prêt. Enfin, l'engagement persistant et peu commode du groupe du Conseil de Braunschweig B.I.BS autour de Peter Rosenbaum, qui avait soulevé la question de Roselies à Braunschweig, a également joué un rôle essentiel.

Image_BRA_005_Public.jpeg

De nombreux habitants du nouveau quartier étaient présents aux côtés de la délégation Belge.

 

Au fond, il s’agit d’expliquer la survie du nom d’un village belge - Roselies - dans la vie quotidienne de Braunschweig et de l’ouvrir à un souvenir approprié.

 

Initialement, les casernes de la Wehrmacht allemande et plus tard de la Bundeswehr ont été fermées en 2003 - dans le cadre des soins traditionnels, comme on le comprend aujourd'hui de manière différente. En août 1914, quelques jours seulement après le déclenchement de la guerre à Roselies, en Belgique, la catastrophe de la première guerre mondiale était devenue évidente. Au lieu de « marcher à travers » la Belgique comme on l’espérait, les soldats de Braunschweig ont ​​été impliqués dans des batailles avec des victimes dans lesquelles des civils ont été tués. Un groupe de recherche du Braunschweigische Landesmuseum a confirmé en 2015 que des membres du Brunswick Infantry Regiment 92 avaient également commis des crimes de guerre.

 

Daniel Tilmant a clairement fait comprendre que « le devoir de mémoire n'est pas une punition, un fardeau ». En effet, les contacts diplomatiques et le partenariat de commémoration entre Braunschweig et la communauté belge d'Aiseau-Presles, où se situe Roselies, sont remarquables et rares dans la campagne allemande. L'un d'entre eux a un objectif commun - le travail du souvenir et la réconciliation - et maintenant, à Braunschweig, un lieu approprié, a déclaré le maire Ulrich Markurth.

Image_BRA_004_2_Pers.jpg

Le bourgmestre de Braunschweig, Ulrich Markuth, et Daniel Tilmant devant les arbres fruitiers exportés de Belgique.

Sur une partie de la zone verte de l'Eulerstraße, au milieu de la zone résidentielle, une petite zone de treillis belge avec des pierres de taille belges a été créée et vous invite à vous attarder. Selon la ville de Braunschweig, le « jardin du souvenir » est un symbole tangible d'un partenariat de mémoire avec la communauté belge d'Aiseau-Presles, à laquelle appartient aujourd'hui la communauté de Roselies, et auquel le nom de Roseliesstraße fait référence. Un panneau en bordure du jardin informe sur les événements de la Première Guerre mondiale à Roselies.

 

La zone de construction nouvellement construite en 2008 à Braunschweig-Lindenberg est accessible par la Roseliesstraße. Le nom de 2010 de cette rue rappelle celui de Roselieskaserne, construit en 1938 et utilisé jusqu'en 1945 dans l'armée. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les bâtiments ont été utilisés jusqu'en 1958 pour héberger de force les étrangers nazis (appelés personnes déplacées qui ne voulaient pas rentrer chez eux) et les réfugiés allemands. Plus tard, le Royal Amy a également utilisé la région. En 1962, les premières unités de la Bundeswehr ont déménagé dans la caserne, qui a continué à porter le nom de Roselies. Les casernes ont été fermées en 2003. Plusieurs des anciens bâtiments de la caserne ont été conservés dans la partie nord de la zone de construction.

 

La désignation de la caserne en 1938 par la Wehrmacht découle à la fois de la nécessité d'établir un lien avec les traditions de l'infanterie de Braunschweig et, à cette époque, de la connexion aux événements militaires de la Première Guerre mondiale. Pour cette raison, le village belge de Roselies (à 50 km au sud de Bruxelles) a été choisi comme homonyme, soit les 22 et 23 août 1914 lors de la bataille de la Sambre lors d’un conflit militaire entre troupes allemandes et françaises. Plusieurs centaines de soldats ont été tués ou blessés des deux côtés. Les batailles de deux jours étaient en même temps les premiers combats impliquant le 92ème régiment d'infanterie stationné à Braunschweig. Dans le cadre de ces luttes, qui ont considérablement dévasté le village, des soldats allemands présents à Roselies ont également tué plusieurs civils belges, dont le curé local, l’abbé Pollart.

Image_BRA_003.jpgUn panneau rappelant les douloureux événements fait partie du « Jardin du Souvenir ». - Photo : Henning Noske.


Le souvenir de ces événements joue un rôle important à Roselies, qui fait aujourd'hui partie de la communauté d'Aiseau-Presles. À l'occasion du 100ème anniversaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale et dans le contexte de la réconciliation progressive des anciens opposants à la guerre dans le cadre du processus d'unification européenne, la municipalité d'Aiseau-Presles et la ville de Braunschweig se sont rencontrées à partir de 2014 jusqu’aujourd’hui. Le résultat est un partenariat de mémoire qui trouve une place concrète dans ce jardin de mémoire et exprime le désir de paix et de bon voisinage en Europe.

 

Ce jardin du souvenir se réfère à la région avec laquelle la ville de Braunschweig sera liée en amitié dans le futur, avec le design de surface avec des dalles de Belgique et la plantation de treillis belges ainsi que la rose "Friedenslicht" (Lumière de Paix).

Image_BRA_006_Cadeau.jpg

Après la partie académique, la remise de paniers garnis avec des produits Wallons.

 

Les discours :

Discours du Bourgmestre allemand Ulrich MARKUTH : 

file/2018/Discours_Markurth_V1.pdf

Celui de Jean FERSINI (représenté par Daniel TILMANT), bourgmestre d'Aiseau-Presles : 

file/2018/Discours_Jean_fersini__Braunschweig.pdf

Celui de Daniel TILMANT, au nom du Comité Royal du Souvenir de Le Roux : 

file/2018/Discours_Daniel_TILMANT_Inauguration_du_JARDIN_DU_Souvenir.pdf

Rue_de_Roselies.jpg

Voici, les photos de l'inauguration du Jardin du Souvenir à Braunschweig en Allemagne. Cliquer sur le lien vers l'album : https://flic.kr/s/aHsmtz9BfU  
 

Date de création : 05/09/2018 @ 16:20
Dernière modification : 10/10/2018 @ 17:37
Catégorie : Evennement

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^